Estime de soi: Comment faire face à ses complexes ?

estime de soi vaincre ses complexes

Au cours de la vie, toutes les femmes sont confrontées à des complexes, ce qui provoque une mauvaise estime de soi. Cela commence dès l’adolescence et se poursuit à l’âge adulte. Les préoccupations sont multiples, d’une silhouette pas assez filiforme aux cheveux perdus ou peu nombreux. Des coachs ou publicitaires érigent en mantra des formules toutes faites telles que “zéro complexe”. Comme s’il suffisait de le déclarer pour effectivement ne pas être complexée ! Il existe une approche différente: accepter que nous avons toutes des complexes et qu’il est possible de vivre avec.

Accepter ses complexes

Certes, un complexe n’est “que dans la tête”. Il n’y a pas de normes universelles de quantité ou de longueur de cheveux parfaites. Dans certaines sociétés, les femmes aux cheveux rasés de prêt ont pu être très fières et convoitées. Il n’empêche, la souffrance ou le manque d’estime de soi peut bel et bien être là quand on fait l’expérience d’une perte de cheveux.

Il n’y a pas à s’affoler. Faire l’expérience d’un complexe est quelque chose d’extrêmement courant. Si ce n’est pas pour tel problème, alors ce sera pour un autre. Rien ne sert d’à tout prix essayer de le refouler. Acceptons le fait que durant quelque temps, nous cotoieront au quotidien ce complexe. Et, nec plus ultra, que nous surmonterons cette étape de la vie sans trop d’encombre. Selon Isabelle Filiozat, pour se débarrasser des complexes, il faut parler, agir et aimer.

Identifier ses qualités pour une meilleure estime de soi !

Plutôt que de faire une fixette sur mes cheveux, je peux changer la cible de mon attention. Pour améliorer l’estime de soi, regardons le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Qu’est-ce qui chez moi remporte mon adhésion ? Mes traits du visage ? La couleur de ma peau ? Mon dévouement pour mes proches ? Ma faculté à coûte que coûte aller de l’avant ? L’attention que j’apporte à mes choix alimentaires ou mes engagements associatifs ?

Il y a à coup sûr des valeurs sûres chez moi sur lesquelles je pourrai toujours compter. Les identifier puis faire en sorte de les renforcer est un bon moyen de focaliser son attention sur des choses positives plutôt que nuisibles. Cela ne signifie pas que nos soucis et préoccupations capillaires disparaitront. Simplement, nos pensées seront moins assaillies par ces choses là.

Aller de l’avant et relativiser

Focaliser son attention sur ses qualités est donc la meilleure clé pour mieux vivre la perte de cheveux. La seconde est aussi toute trouvée : relativiser. Rien que dans notre entourage proche, ou dans les faits divers du jour, il y a moult événements qui peuvent nous faire relativiser notre situation ou notre apparence esthétique.

Quid d’un crâne dégarni versus une greffe de peau du visage suite à un accident ? De trous dans les cheveux versus une transpiration excessive, malodorante et visible de tout le corps ?

Nous ne sommes jamais complètement satisfaites de notre apparence. Mais nous avons toutes en revanche la capacité de surmonter cet inconfort mental ou physique pour vivre mieux au quotidien. Et être fière de cette force qui nous fait aller de l’avant.

Cet article vous a plu ? Contactez-nous au 01 84 21 29 93 ou en remplissant ce formulaire de contact pour plus d’informations ou pour venir essayer une lacewig à l’Institut Beauté Confidentielle.

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *